Devenir Escort girl : entre mythes et réalité

Devenir Escort girl : entre mythes et réalité

Souvent pratiqué dans l’anonymat, l’univers de l’escort girl est souvent truffé de pas mal de préjugés. En fait, ce qu’il y a actuellement, c’est que l’escorte est assimilée au racolage. Or, ce n’est pas vraiment le cas : l’escorte est une chose, le racolage en est une autre.

Etre escorte, en quoi ça implique ?

Théoriquement, faire de l’escort girl se résume d’abord au rôle d’accompagner quelqu’un. Cet accompagnement personnel peut notamment être dans le cadre d’un dîner d’affaire, d’un gala, d’une sortie en boîte ou même d’une journée shopping. En tant qu’accompagnateur ou accompagnatrice, le but est donc de chaperonner, d’animer et même de servir le « client », s’il le faut.  L’idée totalement sur la pratique de l’escorte est alors à écarter. Sauf que, il y a tout de même certaines filles et certains prétendants qui cherchent quelques choses de plus intimes, mais rien de bien méchantes. Il s’agit, en quelques sortes, d’une extension de l’activité et qui n’est apparue que tout récemment. Quoique, cela reste un choix personnel des candidats et des candidates.

Devenir Escort girl : entre mythes et réalité

Escorter, ça paie !

Nous ne pouvons pas nier qu’il y a certaines personnes qui gagnent leur quotidien en faisant de l’escort girl. Au fait, c’est plutôt un job d’appoint pour ceux ou celles qui la pratique. Escorter est, à vrai dire, une sorte de petit boulot comme le baby-sitting et tant d’autres. Ainsi, selon les témoignages rapportés sur la toile, une escorte est payée entre 40 euros à 50 euros de l’heure pour ses prestations d’accompagnement personnel. Au-delà des services convenues, la donne peut doubler, pour ceux ou celles qui  l’acceptent.

Quand escorter se conjugue au masculin

Contrairement aux idées reçues, il existe bel et bien autant de femmes que d’hommes escort girl. Gabarit imposant, note d’humeur assez prononcé, look soigné, discrétion mise en avant… Voilà ce que ces hommes vantent de leurs atouts pour illuminer les journées et les soirées des autres. Contrairement aux prétendantes du monde de l’escorte, les escortes-boy, quant à eux, se veulent être plus distingués et plus sophistiqués : rares sont ceux qui s’affichent en torse nu ou ceux qui sont en train d’exhiber leur musculature. Ainsi, nombre d’entre eux savent bien se comporter en gentleman vis-à-vis de leurs clientes. L’ironie dans l’histoire est que parfois, ils savent bien jouer le jeu de l’amant fidèle pour leurs « patronnes » surtout s’il s’agit d’une présentation dans un endroit public (réunion, dîner, etc.). Après, le choix va de soi si les partenaires souhaitent s’inviter pour une séance câline.

Objectivement et subjectivement, faire de l’escort girl peut être, de ce fait, une activité saine. C’est surtout la perception et la pratique de l’activité même qui lui rend vulgaire. Quoi qu’il en soit, il sera tout de même assez déplacé d’interpréter de la même façon le fait d’escorter et de racoler. Pour faire la différence entre ces deux pratiques, une escorte ne se livre pas forcément à l’acte, sauf volontairement et en extra de ses prestations principales. Comme tout métier, le tarif des services proposés est également conclu à l’avance et sans paiement en nature bien évidemment.